Mardi 10 avril 2 012 : HORTVS ADONIDIS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Mardi 10 avril 2 012

 

T

RISTAN s’eſt montré particulièrement pénible, hier ſoir, pendant notre téléphonage. Après avoir commencé par me reprocher de ne pas avoir répondu la veille aux SMS qu’il m’avait envoyés pendant la ſoirée (qu’il ſe trouve que je paſſais chez ma mère, laquelle nous avait invités à dîner, Hipponaüs, ma ſœur Junie & moi, mais où je m’étais rendu ſans le cordon d’alimentation de mon téléphone portable, dont la batterie s’eſt malheureusement vidée pendant nos agapes), celui-ci a voulu que j’entreprenne de le raſſurer, parce qu’il ſe ſentait de plus en plus effrayé à l’idée de devoir paſſer aujourd’hui un entretien pour ſe faire accepter comme ſtagiaire dans un cabinet d’avocats cet été. Malheureuſement, je dois confeſſer que la mercuriale de Triſtan au ſujet des SMS m’avait trop échauffé pour que je puſſe me montrer d’une grande efficacité dans mes tentatives pour l’apaiſer, ce qu’ayant conſtaté celui-ci n’a bien évidemment pas manqué de me reprocher, m’ôtant ainſi tout eſpoir de le ſatiſfaire, trop occupé que je me retrouvais, par ſa faute, à m’interdire de lui tenir des propos plus propres à m’apaiſer moi plutôt que lui, c’eſt-à-dire éminemment ſuſceptibles d’aggraver encore l’état dont j’étais cenſé le ſortir. Il n’eſt pas rare que Triſtan exige de moi des comportements que m’empêche abſolument d’adopter ſans un effort ſurhumain les états dans leſquels il m’aura d’abord preſque toujours inévitablement mis ! Ce paradoxe eſt ſi fréquent que je me demande s’il n’eſt pas un ſymptôme de ſa propre névroſe : quelque choſe pouſſe Triſtan à me demander l’impoſſible ! Mais ſans doute y a-t-il auſſi de ma névroſe dans cette impoſſibilité : il eſt des états dont je n’arrive pas à me ſortir quand il ſerait pourtant urgent que j’en ſorte pour l’apaiſement de Triſtan. Peut-être faut-il ajouter à nos deux névroſes reſpectives une troiſième, commune à nous deux, qui ſerait celle de notre couple.

11/04/2012, 02:09 | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Toujours fidèle au poste !
(Il y a un contrôle maintenant pour valider les commentaires particulièrement vicieux (ou mes yeux sont bien fatigués) qui fait que l'on ne réussit pas au premier coup à valider (et que donc on récrit à nouveau, mais bien sûr pas exactement ce qu'on avait écrit en premier).)

Écrit par : Lithomnème | 26/04/2012

Répondre à ce commentaire

Bon, là (message au-dessus) pas de contrôle.

Écrit par : Lithomnème | 26/04/2012

Répondre à ce commentaire

Ah ? C'est étrange ce que vous me dites-là, je n'ai pourtant rien changé (en tout cas, pas volontairement) dans la gestion des commentaires...

Écrit par : Straton | 26/04/2012

Répondre à ce commentaire

Ca le fait plus...

Écrit par : Lithomnème | 26/04/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.