Lundi 25 juin 2 012 : HORTVS ADONIDIS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Lundi 25 juin 2 012

 

T

RISTAN commençait aujourd’hui ſon ſtage dans un cabinet d’avocats d’Athènes. Ce ſtage était évidemment prévu de longue date, raiſon pour laquelle ce dernier n’avait d’ailleurs initialement l’intention de quitter Argos qu’hier plutôt que jeudi paſſé, mais à préſent que nous ſommes ſéparés, même ſi ce ſtage ne doit durer qu’un mois, il prend pour moi la dimenſion d’une éternité, puiſqu’il conſtitue pour Triſtan la première étape d’un parcours qui l’éloigne & le mène vraiſemblablement vers une vie où je ne ſerai plus jamais.

26/06/2012, 02:19 | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Oh, Cher Antire, ſi je l'avais su plus tôt, je vous aurais fait part de ma grande triſteſſe. Je pense ſort à vous dans ces moments difficiles.

Écrit par : Philerme | 17/07/2012

Répondre à ce commentaire

Merci, cher Philerme. Peut-être que tout n'est pas perdu, je ne sais plus trop où nous en sommes, Tristan et moi...

Écrit par : Antire | 19/07/2012

Répondre à ce commentaire

Oui, ſi nous pouvions, pauvres de nous, ſavoir où nous en ſommes, toujours... les choſes en ſeraient plus claires, peut-être... Mais nous ſommes dans l'Obſcur. Peut-être les dieux antiques regardaient-ils les humains, et leurs poſſibles amants parmi eux, ainſi que nous regardons nos cadets. Dès lors ayons le regard patient d'Apollon (ou de Dionyſos !) : Daphné ni Hyacinthe ne meurent réellement ; ils ſe métamorphoſent, ils "verſent", pour ainſi dire, en un corps matériel plus ſolide & plus ſtable, & aimant. C'eſt ce que je ſouhaite à votre belle ystoire, & je vous ſerre la main (ou vous embraſſe, à l'antique (? — en tout bien tout honneur, naturellement ! (ſachant, ou doutant que nos Anciens, en guiſe de ſalut, ſe fuſſent ſerré la main comme nous le faisons...))). MIGRO ET RESPICIO.

Écrit par : Philerme | 19/07/2012

Répondre à ce commentaire

N.B. : Décidément, l'Internet (ou Hautetfort ?) n'aime guère la typographie d'un Ian de Tournes dans les commentaires... Voici qu' "il" (?) a doublé le ſ de mon "verſent" (6e ligne) d'un "s" qui devrait ſ'enfuir, apeuré... Mais non, il ne le fait pas du tout, il affiche vainqueur ce "s" importun. C'eſt bien la peine ! Enſuite "il" a oublié une troiſième parenthèſe, à la fin, ſans doute pour ſe venger de ce que ſon non-amour ne comprenait pas... ! Bien à vous, Cher Antire.

Écrit par : Philerme | 19/07/2012

Répondre à ce commentaire

C'est corrigé, cher Philerme. Puisse la jeune pousse s'enraciner à mon côté.

Écrit par : Antire | 21/07/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.