Samedi 7 juillet 2 012 : HORTVS ADONIDIS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Samedi 7 juillet 2 012

 

C

ETTE NUIT, en rentrant de ‘‘Chez Suzarion’’, où des Égyptiens étaient venus chanter & danſer ſur la terraſſe d’Aſcagne, comme tous les ſoirs de cette ſemaine qu’Argos a pour tradition de conſacrer à leur art, environ quinze jours avant ſes Bacchanales, j’ai croiſé toute une troupe de mauvais drôles, dont un mulâtre, qui m’a gaiement craché ces mots à la figure : « Dommage que t’es pas une meuf, on t’aurait défoncé ! » Plus tôt dans la ſoirée, un grand Éthiopien avait renverſé, dans un accès de colère apparemment ſans objet, le bar extérieur de ‘‘L’Épicerie d’Heſpérie’’, ſur la même place où j’étais venu écouter les chanteurs & les danſeurs de la terraſſe d’Aſcagne.

08/07/2012, 02:59 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.