Mardi 10 Décembre 2 013 : HORTVS ADONIDIS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mardi 10 décembre 2 013

 

tempete

 

J

E SUIS TOUJOURS dans cet état dépreſſif qui me fait dormir énormément, comme la fille d’Arthénice. Mais il me ſemble que Triſtan commence à s’effacer peu à peu. Je veux dire par là que ce n’eſt peut-être plus vraiment lui la cauſe de ma dépreſſion, que ma langueur n’eſt déjà plus tant due à la perte de Triſtan en particulier qu’à l’abſence d’un être à aimer, qu’au vide que devient une vie ſans quelqu’un près de ſoi. Il n’y aura peut-être bientôt plus même d’Aſcagne à mon côté, puiſque ce dernier a mis en vente ‘‘Chez Suzarion’’, dans le but d’acheter enſuite une nouvelle affaire à Rhodes ou Acaris. Que vais-je devenir ſans mon Aſcagne ? Quel avenir pour moi ? Tout va mal. Le ſol eſt devenu mouvant. Mon petit monde s’y abîme tout entier. Un tourbillon m’entraîne au fond des mers.

 

Illuſtration : Henry Chapront, in Épictète, Pensées et Entretiens, traduit par Dacier, Le Pot caſſé, collection Bibliotheca magna, 1 937.

 

Mis en ligne le 13.IV.2014

11/12/2013, 02:31 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.