Ballade des confinés : HORTVS ADONIDIS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ballade des confinés

 

Dans un gracieux casier d’argent

Volette et chante une perruche.

Du boulevard privé de gens

Ne monte plus aucun grabuge.

Quand sur sa branche elle se juche,

Elle n’entend plus bourdonner

Qu’au toit le peuple d’une ruche.

Tel est l’aspect d’un confiné.

 

Après avoir, d’un expédient,

Déjoué de Cicéron l’embûche,

Dans une chambre d’étudiant,

Un beau jeune homme se paluche,

Dont le voisin regamahuche

La voisine. Un contaminé

Quitte son lit, tousse et trébuche.

Tel est l’aspect d’un confiné.

 

Enfant de la canine gent,

Clarinette avec sa peluche,

De sa fenêtre envisageant

La triste rue, écoute et juge,

En connaisseuse, le déluge

Des notes du concert donné

Par Olivier, son camarluche.

Tel est l’aspect d’un confiné.

 

Enfin, de son piano transfuge,

Son maître vient noter ces nuges,

A la Catulle, et dessiner

En vers (d’ennui le subterfuge)

Quel est l’aspect d’un confiné.

17.IV.2020

18/04/2020, 00:02 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.