Samedi 21 mai 2022 : HORTVS ADONIDIS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

La bourse ou le vit ?

 

 

A

LFRED ERNOUT TRADUIT l’ablatif absolu « prolatoque peculio » (Pétrone 8, 3) par « pièces en main » ; Louis de Langle (traduction reprise sur les Itinera electronica) par « et, mettant bourse en main ». Les deux traducteurs donnent donc au mot peculium le sens de pécule. Mais Gaffiot (dans l’édition de son dictionnaire reprise sur le site Collatinus) donne pour dernier sens possible à ce mot celui de penis, c’est-à-dire « queue » au sens de membre viril, et renvoie précisément à l’extrait de Pétrone (8, 4, i. e. 8, 3 dans la collection Budé ou sur les Itinera electronica ; dans mes vieilles éditions imprimées du Gaffiot, le renvoi est incomplet : est indiqué le chapitre 8, suivi d’une virgule, puis le second chiffre manque, il y a seulement une espace à la suite). C’était d’ailleurs ma première interprétation dans ma lecture du latin directement : « le sexe à l’air » ou « le sexe en évidence » ou même, carrément, « m’ayant mis son sexe sous les yeux » (prolatum, de profero, « produire au jour, mettre devant les yeux »). Puisque la scène se déroule dans un lupanar et que le pauvre Ascylte est encore tout suant d’avoir failli être déshonoré par le bon bourgeois (le cochon de bourgeois !) qui lui a fait si cavalièrement ses avances, ne devant son salut qu’au fait d’être plus fort que ce vieux satyre, on est en droit d’imaginer dans ce prolatoque peculio quelque chose d’un peu plus effrayant qu’un simple porte-monnaie. Ernout et Meillet expliquent ainsi le sens obscène de peculium dans leur dictionnaire étymologique : « […] puis ‘‘pécule’’ (peculium castrense) ; propriété particulière ; quelquefois dans un sens obscène (= membrum virile). » Une transposition en français, qui s’efforcerait de garder un équivalent de l’aspect pécuniaire de l’image (peculium/pecunia), dont le ressort est la grande valeur qu’un homme prête généralement à son petit bout de chair, se rencontrerait peut-être dans nos scintillants bijoux de familles. (Mais ce qui semble être à l’origine de l’image selon Ernout-Meillet et le Lewis & Short, c’est plutôt l’idée de private property, ce qu’on a de bien à soi, son petit bien.) Je m’avise qu’il y a sans doute un double sens dans le « pièces en main » d’Ernout : c’est presque le service trois pièces qui vient à l’esprit du lecteur, et donc dans la main de l’entreprenant pater familias ; de même chez de Langle, d’ailleurs, les bourses n’étant pas nécessairement des sacs qui contiennent de l’argent… Pierre Grimal, en revanche, dont je viens de consulter la version, traduit très nettement prolatoque peculio par « en m’offrant de l’argent ». (Il n’a pas dû beaucoup fréquenter les backrooms ; moi non plus d’ailleurs (une fois seulement, et parce qu’elle était vide, et parce que j’étais accompagné !), ce qui ne m’empêche pas d’avoir l’imagination plus hardie que lui.) Mais ce double sens se trouve probablement d’abord dans le texte de Pétrone lui-même, ce qui en rend la lecture plus plaisante. — Et pourquoi pas quelque chose comme : « m’offrant un paquet d’argent/m’offrant son paquet », « m’offrant un paquet » (au lecteur de deviner lequel) ? — Ou alors : « m’offrant la bourse et le vit » !

21.V.2022

21/05/2022, 12:56 | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire