Samedi 30 juillet 2022 : HORTVS ADONIDIS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

J

E VIENS DE TERMINER la transposition en vers français de la troisième élégie du premier livre de Tibulle. Et j’ai déjà écrit directement en français une première élégie et presque achevé la seconde. Le distique élégiaque français que j’ai imaginé pour l’occasion, constitué d’un décatétrasyllabe et d’un alexandrin rimant ensemble, se prête assez bien à la traduction de l’élégie latine. Si bien que me vient une nouvelle idée de livre, qui consisterait dans la traduction de tout le premier livre de Tibulle. Je veux écrire aussi un livre d’élégies directement en français, et il y a également Nec amor et Herculanum, qui sont actuellement complètement à l’arrêt. Et pour la prose, Une vague souveraine, également à l’arrêt, sans parler de Sapor et Sopor, qui n’est guère beaucoup plus qu’un titre pour l’instant. Ce sont six livres en tout, que ne peut évidemment pas mener de front quelqu’un qui, à sa table de travail, a déjà bien du mal à garder en équilibre le front qui lui pèse en la main. Et tout cela pour quels lecteurs ? Les maigres extraits qu’il m’arrive de publier sur ma page Facebook sont absolument sans succès. Et quand je vois le peu de zèle que je mets à chercher un éditeur au Testament d’Attis, je me dis que je n’écris à peu près que pour moi, et pour la chienne Clarinette, qui m’écoute me relire. Tous les lecteurs devraient être des chiennes Clarinette : elle ne m’applaudit jamais quand j’ai fini de lui faire la lecture, ne me convie à aucune causerie sur mon œuvre, ne me demande aucun autographe sur son exemplaire inexistant, ne s’adonne à aucune critique littéraire, ne me fait signer aucun contrat d’édition et n’attend pas de moi que je me vende aux étals d’un salon du livre ou d’un marché de la poésie. La prostitution, j’ai déjà donné, mais quand j’avais vingt ans ! par atavisme sous-culturel, ou pour le sport, quand je rivalisais avec S***, mon grand ami de l’époque. Mais aujourd’hui, ce n’est vraiment plus de mon âge. Et d’ailleurs S*** est devenu quelqu’un de très comme il faut. Et puis, qui voudrait payer pour une carcasse déjà si mal ajustée à son cuir distendu, et pleine de vers avant même d’en être mangée ?

30.VII.2022

30/07/2022, 12:59 | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire